Vera Songwe: une pionnière

Première femme à accéder aux fonctions de secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, la Camerounaise est une fonctionnaire internationale rompue aux questions qu’elle va aborder avec les autorités de son pays.

Le 13 avril 2017, Vera Songwe est encore directrice régionale pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de la Société financière internationale (SFI) - une filiale du groupe de la Banque mondiale - quand elle est nommée par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Elle accède au poste de secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA), avec rang et prérogatives de secrétaire général adjoint de l’ONU. En fait, la Camerounaise vient de damer le pion à 76 autres postulants.

Agée de 48 ans, elle devient ainsi la première femme à occuper cette fonction depuis la mise sur pied de cette institution en 1958, sous l’égide du Conseil économique et social des Nations unies. Elle succède ainsi au Bissau-guinéen Carlos Lopes qui y aura passé quatre années. C’est le 3 août 2017 qu’elle prend officiellement ses fonctions au siège de cette institution à Addis-Abeba en Ethiopie. Il faut souligner que celle que l’on présente comme une « brillante économiste » n’est pas une inconnue dans les arcanes des institutions financières et économiques internationales.

Elle a notamment évolué au sein du groupe de la Banque mondiale, comme directrice pour le Sénégal, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau et la Mauritanie de 2012 à 2015. Auparavant, la titulaire d’un doctorat PhD en économie-mathématiques obtenu à l’Université catholique de Louvain en Belgique, a été conseillère du directeur général de la Banque mondiale pour l’Afrique, l’Europe et l’Asie centrale et du Sud.

Elle avait également exercé les fonctions d’économiste principale de la Banque mondiale aux Philippines. Auteure de nombreux ouvrages sur les questions économiques, elle est par ailleurs diplômée d’économie et de sciences politiques de l’Université du Michigan aux Etats-Unis d’Amérique. En plus de cette impressionnante carrière professionnelle, elle a également enseigné à l’Université de Californie du Sud aux Etats-Unis.

Membre de la Fondation Tony Elumelu et de l’African Leadership Network (ALN), un réseau de personnalités engagées dans la réflexion sur le développement de l’Afrique, celle qui effectue sa première visite officielle au Cameroun depuis sa prise de fonction a par ailleurs été membre de la Commission des neuf experts mise sur pied pour réfléchir sur la réforme de l’Union africaine.

C’est donc une passionnée d’économie et particulièrement du développement de son continent qui va fouler le sol camerounais pour discuter avec les autorités de son pays d’origine des sujets liés à l’évolution de l’Afrique en général et de la sous-région en particulier

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category