France – Cameroun : la coopération au scanner

La densité des relations bilatérales était au menu de l’audience d’adieu accordée vendredi dernier au Palais de l’Unité par le président Paul Biya à l’ambassadeur Gilles Thibault arrivé en fin de séjour.

Chaleureuses retrouvailles entre le président de la République et le diplomate français.

Près de trois heures et trente minutes. On avait jusque-là été habitué à la densité des échanges entre le président de la République, Paul Biya et l’ambassadeur de France au Cameroun, S.E Gilles Thibault. Mais l’audience de vendredi dernier a sans doute battu tous les records. Arrivé en fin de séjour au Cameroun, le diplomate français est allé faire ses adieux au chef de l’Etat. Raison de plus pour passer en revue la riche, dense et très ancienne coopération entre les deux pays. « Cette audience aura été particulière, parce qu’elle met un terme à ma mission de trois ans au Cameroun. Ça donne l’occasion, avec le président, de revisiter l’amitié franco-camerounaise et ses différentes déclinaisons », a indiqué l’ambassadeur Thibault à la presse sur le perron du Palais de l’Unité. Une audience qui, convient-il de le rappeler, était l’épilogue d’une journée particulièrement chargée pour le diplomate français, avec comme il l’a indiqué lui-même, la signature de deux nouveaux accords de coopération entre la France et le Cameroun. Il s’agit notamment de l’accord de mise à disposition de la troisième tranche de l’aide budgétaire française, d’un montant de 65,5 milliards de F, dans le cadre du plan de relance de la zone CEMAC et celui portant modernisation du Musée national du Cameroun.
L’histoire retiendra en outre que c’est sous le passage de S.E Gilles Thibault que les deux pays ont célébré en janvier 2018, le 10e anniversaire de l’implémentation du Contrat de désendettement et de développement (C2D). Un mécanisme qui constitue le principal volet bilatéral additionnel français de l’initiative Ppte d’allègement de la dette des pays en développement. Jusqu’à l’année dernière donc, ce sont 966 milliards de F qui avaient été investis dans 9 secteurs d’activité pour améliorer le quotidien des Camerounais dans ce cadre.
Autre sujet abordé vendredi dernier, la sécurité. Le Cameroun et la France sont tous les deux engagés dans la lutte contre le terrorisme dont ils ont déjà été victimes. De nombreuses initiatives ont été mises en place dans ce sens. La dernière en date étant celle de l’association Francopol qui vient de financer un programme de lutte contre le terrorisme et particulièrement contre la secte terroriste Boko Haram à travers la sensibilisation à la lutte contre les engins explosifs improvisés. La coopération dans les domaines culturel et social avec, notamment, les nombreuses visites de personnels médicaux français pour apporter leur appui à leurs confrères camerounais auront également été au cœur du bilan dressé de son séjour par le plénipotentiaire de la France vendredi dernier avec le président de la République.
« Je suis heureux, comme ambassadeur de France, de voir que mon action s’est inscrite dans une continuité historique, et au moment du départ, de constater que nous sommes unis dans la durée pour des projets différents, importants, innovants au bénéfice des populations », a déclaré S.E Gilles Thibault. Au moment de quitter le Palais de l’Unité, c’est un diplomate ému qui a jeté un regard au loin, vers les autres collines qui surplombent cet édifice, pour indiquer que du Cameroun, il garde le souvenir « de ce jour, où le soleil éclairait mon visage ici au sommet de cette colline en voyant devant et autour de moi, les paysages de Yaoundé qui est une très belle ville». Non sans oublier «des visages de personnes rencontrées à Yagoua, Mokolo, Foumban, Kribi, Buea, Bipindi, puis des actions sur le terrain dont j’ai pu vérifier l’effectivité des réalisations au profit des populations ». Le diplomate français s’est dit « optimiste sur l’avenir du pays » qu’il quitte. Arrivé au Cameroun en septembre 2016, c’est le 10 novembre de la même année que S.E Gilles Thibault a présenté ses lettres de créance au président de la République, Paul Biya.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category