Eaux pluviales : les drains font du bien

L’arrivée des pluies abondantes met en relief l’importance.

Après une accalmie de quelques jours, les pluies sont de retour à Douala. Depuis la journée du lundi 19 août, il pleut pratiquement sans discontinuer sur la ville. Et bien qu’habituées au phénomène à chaque saison pluvieuse, les populations trouvent les averses de cette année particulièrement abondantes. D’où leur appréhension à se retrouver avec des inondations et les conséquences qui vont avec, notamment pour ceux et celles qui habitent les quartiers à risque. Et chacun de surveiller les drains construits depuis quelques mois déjà dans de nombreux quartiers de la ville, avec un intérêt particulier.
Le résultat, la majorité de la population le reconnaît, est on ne peut plus appréciable. Pour ceux habitant les abords de la Besseke à Bonabéri, les drains sont en cette saison des pluies, d’un apport inestimable. « Il y a quelques années, j’avais de l’eau plein ma cour et dans le quartier. Quelques fois même, elle entrait dans ma maison. Depuis le début de cette saison des pluies et malgré leur abondance, on ne vit plus ce phénomène et je rentre chez moi sans problème. Je me dois de reconnaître que c’est grâce au drain construit ici », déclare un riverain de la Besseke.
Le spectacle est le même sur le cours d’eau derrière le marché Sandaga. Les eaux ne débordent plus et s’écoulent normalement. Les inondations qu’elles provoquaient sur l’axe longeant le port ne semblent plus qu’un lointain souvenir pour les commerçants et les habitués du marché. A la Cité des palmiers, le résultat est encore plus bluffant. Le cours d’eau à son entrée s’écoule désormais comme un long fleuve tranquille, et la satisfaction des populations est grande. « Ce cours d’eau débordait à chaque saison des pluies, et pour le traverser c’était un véritable exercice. Tout était inondé, les motos ne passaient pas, on transportait les gens sur le dos. C’était vraiment difficile pour nous », se souvient un habitant du coin. Aujourd’hui, tout cela semble bien loin. Les drains réalisés pour canaliser les eaux tiennent le coup et font la fierté des populations, comme dans bien d’autres quartiers de la ville. 
Commencés il y a un peu plus d’un an, les travaux de construction de 49 kilomètres de drain et 9 kilomètres d’exutoire sur les 250 prévus dans la ville de Douala, pour résoudre les problèmes d’inondation et rendre la ville plus belle, affichent peu à peu leur pertinence et leur importance dans le quotidien des populations. Ils continuent d’ailleurs ici et là, et sont très attendus dans certains quartiers de la ville, notamment Makepe-Missoke, Sable, Yassa, Nyalla, camp Mbanya et bien d’autres, qui continuent, malheureusement, de connaître de nombreuses inondations en cette saison des pluies.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category