Lutte contre la vie chère : la Mirap renforce sa présence

En dehors de Yaoundé et Douala, les villes d’autres régions comme le septentrion, l’Est et le Sud ont des magasins témoins où des produits sont vendus à moindre coût.

En plus de Yaoundé et de Douala, la Mission de Régulation des approvisionnements des produits de grande consommation (Mirap) a mis en place depuis le 25 mars dernier de nombreux magasins témoins dans les villes d’autres régions du pays. Il s’agit du  Septentrion, de l’Est et du Sud. Selon l’administrateur général de la Mirap, Cyprien Mbamzock, les ventes vont s’opérer pendant une période d’un mois renouvelable en cas de besoin. Ces espaces marchands sont ouverts de 8 h à 17 h. L’opération rentre dans le cadre de la régulation des marchés et de la sécurité sanitaire
A Ngaoundéré par exemple, les magasins témoins proposent trois types de riz : les brisures, le marchand et le luxe. Les prix varient entre  8500 F et 12 500 F le sac de 25 kilogrammes. Les clients peuvent acquérir le sac  de 50 kilogrammes entre 15500 F et 18500 F. Le kilo de  viande de bœuf avec os se vend à 1800 F, et celui sans os vaut 2300 F. S’agissant du poisson, l’on trouve le kilogramme de maquereau à 1200 F. Les pâtes alimentaires, le sucre et le savon de ménage sont également à bon prix. Les  régimes de plantain coûtent 500 F entre autres. Dans les magasins témoins de la ville de Maroua, en dehors du riz qui est vendu à bon prix, le kilogramme de bœuf avec os est proposé à 1500 F et celui  sans os à 1800 F. Le kilogramme de silure est proposé à 1500 F. D’après le responsable de cette structure, les marchés sont ouverts tous les jours. « Avant cette opération spéciale, ils ouvraient seulement de mercredi à samedi », explique l’administrateur général. De plus, des dispositions ont été prises pour prévenir la propagation du coronavirus. Les boutiques sont équipées de gants, de cache-nez ainsi que du nécessaire pour se laver les mains. Des affiches indiquant des mesures sécuritaires à prendre sont collées un peu partout. Pour contrôler le flux des clients dans ces magasins, seulement 50 personnes y sont autorisées au même moment. 
Par ailleurs, selon l’administrateur de la Mirap, les sociétés de production, les  coopératives, les opérateurs économiques et les exploitants agricoles intéressés pour l’approvisionnement des magasins témoins de vente peuvent contacter les agents relais de la structure.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category