Parti travailliste britannique : Keir Starmer, nouveau commandant à bord

Cet ancien avocat a pour mission de relancer la principale formation d’opposition anglaise secouée par des divisions internes.

Parti travailliste britannique : Keir Starmer, nouveau commandant à bord

Au sortir du congrès de samedi dernier, le Parti travailliste britannique a désigné un nouvel homme à sa tête. Ancien avocat, Keir Starmer a été élu avec 56,20% des suffrages face à Rebecca Long-Bailey et Lisa Nandy, ses deux rivales. A 57 ans, ce centriste et europhile  succède au très à gauche Jeremy Corbyn. Responsable du Brexit depuis trois ans au sein de cette formation politique, il entend donner une nouvelle direction au principal parti d’opposition britannique. «C’est l’honneur et le privilège de ma vie d’être élu à la tête du Parti travailliste. Je conduirai ce grand parti dans une nouvelle ère, avec confiance et espoir, afin que le moment venu, nous puissions servir à nouveau notre pays - au gouvernement», a-t-il déclaré. 
Cependant, Keir Starmer hérite d’une formation politique fortement marquée par des divisions internes et des relents antisémites qui la fragilisent. « Au nom du Labour, je m’excuse. Je m’engage à extirper le poison de l’antisémitisme», a-t-il indiqué. Mais, le nouveau commandant à bord reste conscient de la pente à remonter pour remettre le Labour Party sur les rails et redorer son image après sa cinglante défaite aux législatives de décembre dernier face au Premier ministre conservateur, Boris Johnson. Les travaillistes ont, à l’occasion, perdu d’importants bastions populaires traditionnels. «Je comprends l’ampleur de la tâche. Notre mission est de rétablir la confiance dans notre parti», tient à rassurer Keir Starmer. 
Au-delà de tout clivage idéologique, ce dernier a promis de collaborer avec l’exécutif de manière « constructive (…) dans l’intérêt national ». Mais n’entend pas pour autant manquer de dénoncer les manquements du gouvernement lorsque l’occasion se présente.  Du côté du gouvernement des conservateurs, l’on a saisi la main tendue. « En tant que chefs de partis, nous avons le devoir de travailler ensemble en cette période d’urgence nationale », a tweeté le Premier ministre, Boris Johnson. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category